Rêve

Le cahier baigne dans l’ombre,
Un spectre dicte son rêve:
Puisses-tu avancer,
Pas à pas,
Sur un sentier glacé,
Et garder l’équilibre.

Que l’ascension d’une montagne,
D’une bosse,
D’une colline,
Se fasse sans vertige,
Que la tempête en mer,
Où l’horizon chavire,
Te rejoigne sereine…

Souriante face à l’impuissance,
Confiante devant les limites enfreintes,
Pour se dénuder,
Puisses-tu accueillir,
Une vérité formulée,
Vingt ans trop tard.

Le spectre obéit à un souffle
Qui défie le banal
Et se tait,
Tandis que tout,
Écoute.

Il dessine un chemin,
Où les éclats de cendres voltigent dans la lumière…
Cendres fidèles,
Au silence et aux vues.

Spectre où je me love,
Pour fredonner avec constance,
Un chant vénitien sublime,
Où me voiler
En un silence sage.

Ombre qui me précède dans la chute
Et où je respire bien.

Pourtant
« Il est pressant de sortir de l’ombre »
Aller vers l’étranger,
un homme,
une rose,
Un monde à l’infini découvert,
Visage maculé
De l’empreinte
Du vent.

Texte et Toile  – Mar Thieriot Loisel – 01/04/2017

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s