Exposition “Fausta” – Mar Thieriot – 19 Juin 2018

À celui qui observe, devant mes toiles, celles-ci ne tentent pas de reproduire un modèle, ce sont des aperçus du ciel à différents moment. Chaque toile se voudrait une fenêtre. Une fenêtre vers l’âme aussi, pour éclairer les ciels et les enfers qui nous habitent. La fenêtre établit le contact entre le dedans et le dehors, mes toiles aspirent également à cela… Je livre de moi ces traces de bleu, ces traces d’infini,  ces éclipses comme ce que j’ai de meilleur ou de pire. Et c’est si difficile parfois de creuser cette pâte des émotions pour déployer un monde.

Si je n’ai jamais cessé d’étudier avec d’autres j’ai appris à peindre en solitaire. La peinture reste pour moi un territoire de contingence, ou je peux laisser les choses se passer et les projets éclore librement, sans volonté de contrôle. Je laisse la peinture se faire, se dire, se taire. Je travaille les gouttes, la masse, les plis  à mesure que les couleurs surgissent. Contrairement à mes dessins étudiés aux Beaux-Arts, mes toiles partent des émotions senties et traduites en couleurs, de mon intériorité, elles demeurent plutôt abstraites. Elles dialoguent avec le réel à partir de ces émotions ressenties. Comme elles je me vois un être en chantier. Elles sont présentes et font partie du paysage. Comme des fenêtres,  l’on peut  y passer au-travers et aller au-delà.

 

CATALOGUE D’EXPOSITION

 

PHOTOS

 

 

 

 

 

 

 

 

VIDEO

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s