Myopie

Photo – Patrick Loisel

 

Tombée du soir automnale
Peuplé d’ombres
Parfumées et brûlantes

La vie coule
Force fragile
De tes mains ridées
De mes yeux cernés
De gris et de myopie
De nos yeux d’eau
Pour boire en enfer
De tes griffes d’aigle
Blessé
De ton sommeil indifférent
À ton entourage

Un voile se lève
Sur une nuit profonde
Où luisent lointaines
Les étoiles silencieuses
Un scalpel tranche la chair
De nos mémoires
Le cœur se bat
Pouce à pouce
Pour tenir
Une aube encore

Mar Thieriot

Le matin rien de facile

Photo Mar Thieriot: Lac des Castors / QC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie pose
Ses défis
Sa cadence
Son air de fête
Ou de désastres

À nous de composer

Parfois
À bout de souffle
À bout de route
À court de mots
À coups de rame
Au bord des larmes

Avec le plat du jour
Les bilans imprévus
Un monde
à refaire encore.

Parfois un rire…

Parfois un rire
à cacher
Sous l’oreiller
Un rire volé
Au vertige

Juste parce que
Tiède et bien vivante
Je repose
Au creux d’un bras
L’eau s’écoule
Présence
Calme

Dis-moi
As-tu frôlé l’éclair
Vie étoilée
Après
La nuit

Mar Thieriot

Laissez faire le Yoga | Let it be Yoga | Ser Yoga

  • Capas dos livros  | couverture des livres | book covers

Couverture de l’édition bilingue: français | anglais

Book Available in | Livre disponible en Amazon http://www.amazon.com: http://tiny.cc/g7s38y

capa Ser Yoga

Capa da edição em português

prefácio da edição portuguesa

Prefácio da Edição portuguesa por Patrick Loisel

  • Vídeos | videos – Patrick Loisel

 

Mémoire du vert | De volta ao jardim

memoires du vent

Photo Patrick Loisel – Carré Saint Louis – Montréal/ CA

Mémoire du vert

Retour au port
Poser
les valises
trop lourdes,
ôter
ses chaussures
étroites
Ouvrir grand
les fenêtres
Sur un soir
au parfum d’été,
Se sentir simplement,
En paix.

La chaleur bat son plein,
Les vacances pour beaucoup
Prennent fin dimanche.
Dans la maison silencieuse,
Fatigués d’un voyage urbain,
Nous reposons.

Des oiseaux traversent la terrasse.
Au fil des années,
La voix devient geste.

Noyés dans Le vert
des grands arbres,
Qui bordent la vielle bâtisse,
Ce vert
désiré et provisoire,
Qui, colore
les « avenues libres » ,
J’éteins les lumières
Accueille la nuit
Avec reconnaissance.

De volta ao jardim

Chegar em casa,
Desfazer as malas pesadas,
Tirar os sapato apertados,
abrir todas as janelas
numa noite morna e perfumada de verão,
e sentir-se simplesmente em paz.

Estamos no auge do calor,
para muitos,
as férias se terminam
neste domingo.
Na sala silenciosa,
cansados da viagem,
Descansamos.

Passáros atravessam a varanda.
Com o passar dos anos
as palavras se tornaram gestos.

Cercados do verde das árvores,
um verde esperado e provisório,
que colore as avenidas livres,
Apago as luzes e acolho a noite,
com gratidão.

Texte: Mar Thieriot

Histoire sans titre #16

HST 16

Le sol encore de glace blanche
Les oiseaux de retour à Montréal
La maison baigne dans le calme
Les derniers jours
Longs de douleurs
Évanouis
Comme un mauvais rêve
L’aube décline ses couleurs
Ou un soleil t’attend


The white ice remains
On the earth
Birds are back in Montreal
House is quiet
Those last days
Merged in pain
Fainted
As a bad dream
Dawn shows up
Its colours
The sun awaits
For you

Mar Thieriot

Histoire sans titre #9

HST9

Nuit difficile
Saccadée
Nous avons tenté la joie
Comme on surnage à la houle

Chemin vers l’hôpital
Ce matin blanc d’hiver
Tu as perdu le compte
De nos Saint Valentin
Ce prétexte à célébrer
Une vie
Un amour
Un verre de bon vin

Nuit blanche
Comme les murs
Calmes et silencieux
Là-bas dans cette clinique
Où ils apaiseront
Tes douleurs

Nuit claire
Comme la lune
Insiste
Sa lumière douce
Belle blanche

Lever de poème

Mar Thieriot Février 2019