En paix

Takeuchi Seiho, – “Série Fuji”

Ne rien attendre
Ne rien espérer
Ne rien quêter
Serrer les poings plutôt
Nouer les mâchoires
Prononcer les mots
que l’on croyait…
Impossibles
Traverser le miroir
où l’illusion se love
Où le mensonge nous happe
Où le mal nous endort
Ou nous anesthésie
Brancher les fils du rêve
Trancher la tête de la méduse
qui nous pétrifie
Et chevaucher Pégase enfin,
Les ailes de la vie déployées et fières.
Malgré les vents contraires
toucher les doigts frêles et émus
un réel tiède
Présence entière
Qui ne miroite rien
Ne formule pas de promesses
Mais voit l’âme sourire
Paisible
Écrire l’infini.

Mar Thieriot

Intranquille mêlée de rêves

Huille – Mar Thieriot

Intranquille
Mêlée de rêves
ivre de vide
Telle une survivante
De l’éclair

la pensée aiguisée
vive et tranchante

Les mains
Charriant la lumière
de l’automne
Charriant l’infini

J’offre
sur une lame fine
Les nouvelles
Du Lointain

Impressions de l’automne 2017

Mar Thieriot

Rosé

Rosé

Oil on canvas – Mar Thieriot

ROSÉE
Commencé le 25 mai 2013,

« Pratiquer la voie, c’est parfois laisser tomber l’esprit,
et parfois s’en saisir. On étudie en pensant, et aussi
en ne pensant pas [1]» poursuit Dôgen.

Entre nous,
Ton regard noir
mon silence blanc et calme,
Alternent
sans partis pris
Au gré du vent
D’un échange
qui se répète

L’esprit alerte
Parfois diligent et cendré,
Parfois en jachère
Je m’éveille
À ce souffle second

À la rosée d’un matin

L’or goutte entre mes doigts
Comme un soleil secret
Se confie

Tu prends les doigts, l’or du soleil,
l’échange et le vent.

[1] [1] DÔGEN in Corps et Esprit, la voie du zen, p.24, Paris, Gallimard, 2013.
Mots et image Mar Thieriot

Lointaine je disposais

Oil on canvas – Mar Thieriot

Lointaine
Je disposais
Pas à pas
des fleurs parfumées
dans des vases effilés
Pétris par Elsa
Chaque semaine
le rituel se renouvelait
Bouquets et retrouvailles
Vider l’eau
couper les tiges
Choisir
de nouveaux boutons
Marier les couleurs
Débusquer l’harmonie
À chaque fois
tandis que l’on manie
avec dextérité
La vie des fleurs
L’on se prépare
à leur mort
à nos morts
Elsa souriait doucement
Lorsqu’elle m’apprenait
à manier avec lenteur
Les bouquets d’Ikebana
En silence toujours
couper
trier
Sécher
jeter parfois
Voir jaillir
Voir éclore
La fleur verticale

Mar Thieriot 9 Octobre 2019

À coeurs ouverts | A peitos abertos

a coeurs

De cendres et d’or – détail huile – Mar Thieriot

 

À coeurs ouverts

Joie de feu offerte
En partage
Des mots banals
Tendres
Pourtant
Fusent
De nulle part
Nous

Nous sommes parlés
À cœurs ouverts
La nuit fraîche
Paisible
Enchanteresse
Comme une lune haute
Dans un ciel
Pavé d’étoiles

Sans craintes
Sans jalousies
Sans ressentiments
Puis un long silence
A suivi
Traversant la grisaille
De la grisaille

De retour à nouveau
Vers nos vies
À part

A peitos abertos

Alegria do fogo
Compartilhado
Palavras singelas
Porém ternas
Acontecem
Em um não lugar
Falamos
Peitos abertos

Anoitecer calmo
A lua alta
No céu
Polvilhado de estrelas
Sem medos
Sem ciúmes
Sem dúvidas

Depois
Um silêncio profundo
Atravessa os dias
de cinza
nas cinzas
De volta
A caminhos separados

Mar Thieriot

Les cailloux blancs

Détail oil on canvas – Mar Thieriot

 

 

 

 

 

 

 

 

T’écrire
Une bribe d’histoire
Un conte fantastique
Avec sa part d’horreur
Et de merveilleux

Un roman de gare
Un feuilleton
Déjà vu
Cent fois
Quelques modèles de rôle
Hétéroclites

Lolita
Antigone
Camille Claudel
Thérèse D’Avila
La fille du voisin
La femme d’à coté
Carmen
Une petite fille myope

Les cailloux blancs
Sur le sentier
De cette histoire
S’en vont à Venise

Là où règne un lion
Et une paire d’ailes
De griffes et de plumes

Bribes de vie de boxe
De Tango
Et de paralysies

Le premier souvenir
Une chevauchée débridée
Avec un Alezan fauve
Seule
Ivre de vent
Puis
Le sourire suave
D’une grande mère triste

T’écrire
Il n’y a cela qui compte
Pour durer
Dans la cohue furieuse
Dans la cohue haletante
Une main bien vivante
Qui gratte l’écran de nos rêves

T’écrire
Encore et encore
Un palais du dix-huitième
Et des taudis en pagaille
Les jours maudits
Les jours d’extase

Laisser dans l’ombre
Reposer
Ton fantôme nu
Mon fantôme nu

Baptiser
L’éclair

Mar Thieriot

Pouvoir être à vous

Morning light – Huile sur toile – Mar Thieriot

 

 

 
Pouvoir être à vous
Rosée
légère
brise
matinale
simple
douce
Collier de paroles
éclot dans le secret
d’une nuit d’orage
lors d’une montée de cime drue
Où tout était en jeu.

Pouvoir être le rire limpide
l’eau fraîche et claire
l’eau forte et bruyante
du torrent rapide et droit.

Vous consoler de la longue tourmente
en ne disant rien
Pouvoir être le silence
Austère
le sacre et le chant
les pas sonores
dans une allée déserte
au loin
en un monastère
proche d’une rivière

Dans une Abbaye obsessionnelle
Être enfin la plus folle
la plus discrète des prières
celle qui ne s’excuse pas
mais qui prend place
une voix de plus s’abaisse
pour tendre
ces bras de pierre vivante
à un soleil à terre.

Mar Thieriot In FAUSTA, 2018 ( Ed. AMALTHÉE)

Plongée

pongée

Oil on wood – Mar Thieriot

Plongée dans la nuit
Une cicatrice te blesse
Nous sommes éveillés
Comme des chouettes

Les émotions colorent
Deux veilles

Deux feux lents
Luisent ardents
Dans le silence épais
À la pointe de l’aube

Les mots dansent
Sur l’écran allumé
Où je trace ta douleur
Témoin les mains ouvertes
Auteure impuissante
À sauver la vie

Si seulement
La poésie portait
Le miracle
Si seulement
Elle pouvait
Le chemin

Deux solitudes
Apaisées
Par le rythme
D’une berceuse obscure

Endormi
Tandis que je compose

Lointains
Les mots montrent
Vers le ciel
Verticaux
Ils se hissent
Pour heurter
L’étoile

Mar Thieriot