Silence | Silencio

catedral

 

SILENCE

Le jour où la cathédrale a brulé
Le jour où ta cathédrale a brulé
Le jour où ma cathédrale a brulé
Le cœur de Paris en flamme
Alors qu’une flèche s’effondrait
J’ai senti pointer
Debout
La cathédrale
Levée dans ma mémoire
Dans tes photos
Dans ta chanson
J’ai vu les rois s’agiter
Les gargouilles
Les saints Les démons
Irremplaçables
Impérissables
Bâtis sur deux siècles d’effort
Le grand orgue
Nos cierges
Nos prières
Nos murmures
Nos grands chants
Nos serments échangés
Nos serments égarés
Rien ne brûlera
Jamais
Notre Dame
La toujours vivante
La toujours droite
Dans ses cendres
Comme Jeanne
Comme un arc
Comme ton sang
Comme mon sang
Comme leur sang
Enfer et paradis
Pavés sur nos corps

Mariana Thieriot-Loisel

 

SILENCIO

O dia em que a catedral ardeu.
O dia em que a tua catedral ardeu
O dia em que a minha catedral ardeu
O coração de Paris em chamas
Enquanto uma flecha caía.
Eu senti apontar
De pé
A Catedral
Levantamento na minha memória.
Nas tuas fotos
Na sua música
Eu vi os reis contorcerem-se
As gárgulas
Os Santos os demônios
Insubstituíveis
Imortais
Construído em dois séculos de esforço
O grande órgão
Nossas velas
Nossas orações
Nossos sussurros
Nossas grandes canções
Nossos juramentos trocados
Nossos juramentos perdidos
Nada vai queimar
Nunca
Nossa Senhora
A sempre viva
A sempre ereta
Nas suas cinzas
Como a Joana
Como um arco
Como o teu sangue
Como o meu sangue
Como o sangue deles
Inferno e paraíso
Estampados em nossos corpos

Mariana Thieriot-Loisel

(Imagem e tradução para o português de autores desconhecidos)

Mémoire du vert | De volta ao jardim

memoires du vent

Photo Patrick Loisel – Carré Saint Louis – Montréal/ CA

Mémoire du vert

Retour au port
Poser
les valises
trop lourdes,
ôter
ses chaussures
étroites
Ouvrir grand
les fenêtres
Sur un soir
au parfum d’été,
Se sentir simplement,
En paix.

La chaleur bat son plein,
Les vacances pour beaucoup
Prennent fin dimanche.
Dans la maison silencieuse,
Fatigués d’un voyage urbain,
Nous reposons.

Des oiseaux traversent la terrasse.
Au fil des années,
La voix devient geste.

Noyés dans Le vert
des grands arbres,
Qui bordent la vielle bâtisse,
Ce vert
désiré et provisoire,
Qui, colore
les « avenues libres » ,
J’éteins les lumières
Accueille la nuit
Avec reconnaissance.

De volta ao jardim

Chegar em casa,
Desfazer as malas pesadas,
Tirar os sapato apertados,
abrir todas as janelas
numa noite morna e perfumada de verão,
e sentir-se simplesmente em paz.

Estamos no auge do calor,
para muitos,
as férias se terminam
neste domingo.
Na sala silenciosa,
cansados da viagem,
Descansamos.

Passáros atravessam a varanda.
Com o passar dos anos
as palavras se tornaram gestos.

Cercados do verde das árvores,
um verde esperado e provisório,
que colore as avenidas livres,
Apago as luzes e acolho a noite,
com gratidão.

Texte: Mar Thieriot

Dès l’aube, un préssentiment

DÈS L’AUBE, UN PRÉSSENTIMENT

Chute – Huile sur toile – Mar Thieriot

En lisant attentivement
“Les matins de l’atelier”*,
Les notes du peintre minimaliste
François‑Xavier Marange,
Celui‑ci ponctue,
Alors qu’un autre jour se lève ;
Demain n’est plus l’avenir.

Pourtant s’écrie‑t‑il plus loin :
“Que c’est bon d’aimer”*!
Le matin, il aspirait, comme moi, à :
“Un autre jour,
une autre lumière”*
Une autre lueur,
une tournure différente,
au point du jour,
Un autre matin,
en la conscience dégrisée,
de ce matin là.

Peintre encore,
je pense qu’il va bien falloir
tenter de désencombrer l’avenir.
Nous l’avons chargé
d’un trop plein de rêves,
d’épouvantails,
D’un fatras
de projets sophistiqués,
En oubliant
de vivre la couleur
et l’épaisseur
De l’heure présente.

Peut‑être nos valeurs
sont‑elles trop abstraites
Si distantes et hermétiques,
Que nous n’avons de cesse
de les renvoyer à demain

Alléger les attentes,
simplifier les tons,
Comprendre les ambitions,
Vivre sans dérobade possible,
Qui nous sommes.

Poser ou défaire
les gestes nus,
Afficher
les couleurs vraies
Ou garder,
si lourds et précieux,
Les secrets difficiles,
Mais vivre,
de façon entière
Et irréversible,
Qui nous sommes.

Demeurer de nous,
Toujours proches.

Mar Thieriot
in de Cendres et d’or Amalthée France, 2017

* Marange, F.X. Les Matins de l’atelier
Ed. De la pleine lune Québec,

De l’autre coté du pont

Tableau solaire – huille sur toille – Mar Thieriot 2019

Des perles grises
Éclaboussent
le ciel mat
Le jour se perd
dans la brume

Loin de la chaleur
moite
Se plaire
dans l’ombre fraîche

Une esquisse de lumière
Jaune sur fond blanc
L’air vif de Mars
Le temps oscillant

Mes nuances irisées
Ta dureté de cristal
La frayeur passée
Je serai aviateur
ou oiseau
Pour le chant
Et pour l’envol

Un pas de plus
Tu traverseras
le miroir
Pour me serrer
dans tes bras
Pour un tableau
Solaire.

Mar Thieriot
Mars 2019

Histoire sans titre #16

HST 16

Le sol encore de glace blanche
Les oiseaux de retour à Montréal
La maison baigne dans le calme
Les derniers jours
Longs de douleurs
Évanouis
Comme un mauvais rêve
L’aube décline ses couleurs
Ou un soleil t’attend


The white ice remains
On the earth
Birds are back in Montreal
House is quiet
Those last days
Merged in pain
Fainted
As a bad dream
Dawn shows up
Its colours
The sun awaits
For you

Mar Thieriot

Histoire sans titre #15

HST 15

PEINTURE VERTICALE

L’obscurité et le froid
Enveloppent la ville blanche
Montréal dort

Trouver en soi
les ressources du jour
Le goût de l’aube

Trouver en soi
le sourire des recommencements
La neige est là
Chute constante
de beauté

Trouver en soi
un silence puissant
D’une nuit
où une seule étoile
Luit dans la poitrine
Coeurs battant la chamade
Femme étoilée
Homme vertical
comme des échelles tendues
Jusqu’au ciel

Trouver en soi
La partition de givre
Qui attend

Le chant de la lumière
L’alchimie du peintre
Les couleurs mutantes
Le chant de la lumière
l’alchimie des poèmes
Qui sèment en eux
Le désordre de l’amour

Le chant de la lumière
De ce matin
De cet impossible jardin
Qui enfante
Ma parole

Trouver en soi l’aurore
Et vous la donner
Décrire les traces de fleurs
Échappée matinale
Voilà
Le jour s’est levé

Mar Thieriot mars 2019
l’expression Peinture Verticale est de Patrick Chemin
Ciel by Mar Thieriot